Les cygnes de la Cinquième Avenue

Les cygnes de la Cinquième Avenue

Melanie Benjamin

Albin Michel

  • 23 avril 2017

    Le lac des signes

    Melanie Benjamin raconte une histoire d’amour inattendue entre un cygne et un vilain petit canard. Le cygne s’appelait Babe Paley, une « socialite » richissime comme il se doit, somptueuse, qui considérait l’élégance comme un travail à plein temps. Elle était également adorable, généreuse, soucieuse des autres. Le canard, lui, avait pour patronyme Truman Capote. Il était écrivain, auteur d’un livre devenu mythique,« De Sang froid », inventeur de la littérature non fictive, et grand ragoteur devant l’éternel. Il ressemblait à une sorte de clown triste qui amusait sa galerie de cygnes (comme il les avait surnommées), car la ravissante Babe était entourée de dauphines, tout aussi riches, tout aussi chics, mais certainement moins bienveillantes.

    **Un suicide social**

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    19 avril 2017

    L'auteur est une admiratrice de ces fameux cygnes (pour reprendre le titre) qui étaient tout simplement ces femmes ô combien élégantes et distinguées de la "haute" comme on dit dans les milieux initiés. Babe Paley, femme mariée à un riche entrepreneur new-yorkais est délaissée par un mari volage et peu intéressant. Aux yeux de tous ils sont l'incarnation du couple parfait mais juste en apparence. Lors d'une reception, Babe fait la connaissance de Truman Capote. Fascinés l'un par l'autre, lui par sa beauté et elle par son humour, ils s'apprivoisent et deviennent des amis inséparables. Leur relation comble le vide de leur existence et pourtant tout n'est pas si simple...Analyse fine de cette sociéte aux moeurs étranges, l'auteur brosse un portrait au vitriol de ces personnages qui semblent tout avoir et à qui il manque l'essentiel. Lecture agréable et qui peut plaire à toutes celles qui ont lu Pamela.


  • par (Libraire)
    4 mars 2017

    Le regard acerbe et tendre de Truman Capote sur la haute société

    Dans le New York des années 50, elles sont les reines de la bourgeoisie et des soirées mondaines. Belles, riches, elles ont tout pour être heureuses mais l'arrivée de Truman Capote dans leurs existences va bouleverser leur petit monde. Ainsi, Babe, qui s'efforce d'être parfaite à tous points de vue, va instinctivement se reconnaître dans l'écrivain fantasque : c'est le début d'une belle amitié, placée sous le signe de l'honnêteté, ce qui ne va pas manquer de causer quelques remous dans sa vie dorée.
    Portrait d'une société et d'un auteur, ce roman fascine : à la fois cruel et touchant, il révèle les failles d'une femme fragile lorsqu'elle est sans fard.