Crazy rich à Singapour

Crazy rich à Singapour

Kevin Kwan

Albin Michel

  • 14 juillet 2015

    Voilà presque deux ans que Rachel Chu file le parfait amour avec le beau Nicholas Young, professeur d'histoire à l'Université new-yorkaise où elle-même enseigne l'économie. Leur relation est sérieuse, bien sûr, mais ils ne sont pas fiancés et ne vivent même pas ensemble. Aussi Rachel ne peut s'empêcher de se poser des questions quand Nicholas lui propose de l'accompagner à Singapour pour le mariage de son meilleur ami et quelques semaines de vacances. Serait-ce une façon pour le jeune homme d'officialiser les choses ? Anxieuse à l'idée de rencontrer les parents de son petit ami, Rachel accepte sa proposition, encouragée par sa mère qui se désespère d'avoir une fille trentenaire toujours célibataire. Mais il y a certaines choses que Nicholas s'est bien gardé de lui dire. Le petit prof d'histoire s'avère être le célibataire le plus convoité d'Asie, sa famille est richissime et le mariage de son ami va être LE mariage de l'année, le plus cher, le plus extravagant, réunissant tout le gotha asiatique. Pas sûr que les Young et leurs amis accueillent à bras ouverts une chinoise d'Amérique, inconnue et désargentée. Très vite, le voyage de rêve se transforme en cauchemar pour la pauvre Rachel perdue en milieu hostile.

    Kevin KWAN nous invite pour un voyage exotique et dépaysant au coeur de la haute société singapourienne. Les fortunes sont colossales, le luxe clinquant, les dépenses faramineuses. Sur ce petit bout de péninsule, on se connait, on s'épie, on compare les pédigrées. Les très riches sont décomplexés et n'ont pas peur d'un peu d'ostentation. On voyage en jet privé avec robinet en or, sol en marbre et jacuzzi, on dévalise les boutiques chics de Paris ou Londres. Les très très riches se font plus discrets mais n'hésitent pas à racheter un palace pour pouvoir virer un concierge condescendant. Des moeurs à cent lieues de ce que vit le commun des mortels, des délires inimaginables pour la plupart d'entre nous. Mais tout s'achète sauf le bonheur. Et, ici comme ailleurs, on trompe, on jalouse, on pleure, on trahit, on complote. Un univers impitoyable où un étranger est un intrus, rejeté comme un manant s'il n'affiche un compte en banque en milliards de dollars. Il faut y être né pour en comprendre les codes. Et c'est d'ailleurs le cas de Kevin KWAN qui parle en connaissance de cause puisqu'il a grandi dans une de ces riches et puissantes familles. Il nous présente ce monde décadent et fantasque dans une satire drôlissime et caustique, moins superficielle qu'elle n'en a l'air de prime abord. On s'amuse, on rit, on s'offusque, on doute et au final, on passe un bon moment avec ces priviligiés dont la vie n'est pas aussi dorée que leur robinetterie. Un bon livre pour l'été, à déguster sur une île privatisée de Malaysie....ou ailleurs

    Un grand merci à la librairie Dialogues et au club de lecture Dialogues croisés..