Tu t'appelais Maria Schneider

Tu t'appelais Maria Schneider

Vanessa Schneider

Grasset

  • par (Libraire)
    3 septembre 2018

    Lu par Anne-Céline

    Vanessa Schneider, journaliste au Monde, dresse autant un portrait de sa cousine, l'actrice Maria Schneider, que celui d'une époque les années 70. Maria Schneider détruite par le tournage du Dernier tango à Paris, fille malaimée par sa mère, reconnue tardivement par son père Daniel Gélin, consumée par l'héroïne, protégée par Delon et bardot. Une époque et une femme vue à travers les yeux d'une fillette, fascinée par sa cousine, grandissant dans une famille bohème et révolutionnaire. Superbement écrit!
    Anne-Céline


  • 2 septembre 2018

    Dernière danse

    Lorsqu’elle était enfant, Vanessa débordait d’admiration pour sa grande cousine Maria. Maria était belle, Maria était imprévisible et Maria était célèbre. Mais Maria était aussi profondément malheureuse, névrosée, mal dans sa peau. C’est ce personnage complexe que la journaliste Vanessa Schneider décrit aujourd’hui dans un portrait tout en nuances et en sensibilité, avec à la fois distance et empathie.

    Avant de devenir un personnage public, Maria Schneider était déjà bien abîmée par des parents, eux-mêmes sacrément déséquilibrés. Une mère qui ne la supporte pas, un père, Daniel Gélin, qui refuse de la reconaître tout en paradant à son bras… Toutes les planches sont savonnées pour accélérer la chute. Le coup final lui sera assené par un metteur en scène sans scrupule, prêt à tout pour arriver à ses fins, c’est-à-dire au film dont il imaginait qu’il ferait date. Sur ce dernier point, il ne s’est pas trompé.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    1 septembre 2018

    Vanessa Schneider brode ici un portrait de sa famille élargie en évoquant avec un ton très juste la destinée de sa cousine Maria Schneider, célèbre actrice du film de Bertollucci le "Dernier Tango à Paris". Quand Maria accepte la proposition du metteur en scène elle ne se doute absolument pas que cette expérience sera psychologiquement traumatisante. Elle ne voit que le nom de son partenaire, Marlon Brando, acteur mythique . Vanessa qui n'était alors qu'une petite fille à cette époque percevait déjà très bien les failles de sa cousine et la vie infernale qu'elle menait depuis toujours. En parallèle elle nous conte également sa propre enfance dans les années 70 au milieu de parents intellectuels engagés, férus de débats politiques et de voyages. Un roman émouvant qui ressuscite l'attachement qui unissait ces deux femmes et qui démontre une fois encore qu'en matière de respect des femmes rien n'est jamais acquis.


  • 20 août 2018

    Fille de ...

    Ce roman poignant nous parle de Maria Schneider, étoile anéantie par le monde impitoyable du cinéma mais également par la drogue et cette peur insidieuse au fond d'elle de ne pas être à la hauteur de quelque chose que jamais, probablement, elle n'a pu comprendre. Mais le roman présente également les autres membres de la famille avec ce qu'elle a - consciemment ou inconsciemment - engendré de malaises au cours des générations. C'est un beau texte, écrit et lu avec émotion, un portrait habile qui ne peut laisser son lecteur indifférent. Un texte touchant qui donne envie de revoir quelques films de Maria et d'en oublier d'autres.