Rentrée littéraire 2020

Rentrée littéraire 2020

Ce qu'il faut de nuit
16,90

Un premier roman bouleversant, un magnifique monologue tout en pudeur où l'on suit un père de deux garçons dans l'Est de la France.
Ouvrier à la SNCF, élevant seul ses deux fils, le père va se confronter aux dérives politiques de son aîné et on plonge avec intensité dans cette lente descente aux enfers...
Un livre qui nous interroge sur la transmission des valeurs dans une société déboussolée.
Une écriture juste et sans pathos, saisissant !


Chavirer

Actes Sud

20,50

Avec Chavirer, Lola Lafon met en scène une jeune danseuse, Cléo, abusée par des adultes. Un récit implacable et fort sur les ravages des violences sexuelles. Elle analyse avec brio et justesse la question politique de l'utilisation du corps des femmes et montre l'injustice, le mépris de classe, les clichés associés aux filles des quartiers populaires.
Un roman choral puissant, une écriture précise, ciselée et magnifique.
Indéniablement un des plus beaux romans de cette rentrée, remarquable !
"Lola Lafon est une autrice en prise avec le réel, une militante dont la douce marginalité se double d'un sens aigu de l'humain."


Nickel Boys
19,90

En pleine Amérique ségrégationniste des années 1960, Elwood Curtis est un jeune noire qui écoute avec passion Martin Luther King et qui s'apprête à faire son entrée à l'université. Victime d'une erreur judiciaire, ses rêves d'avenir s'effondre lorsque le juge l'envoie à la Nickel Academy, qui s'engage à transformer les délinquants en "hommes honnêtes et honorables".
Sauf qu'Elwood découvre rapidement qu'il s'agit d'un lieu d'horreur, où les pensionnaires subissent les pires sévices…
Colson Whitehead a remporté pour la seconde fois le prix Pullitzer avec ce roman, inspiré de faits réels, empli d'une puissance inouïe et saisissante !


La Tannerie
21,90

Les débuts dans la vie de Jeanne, jeune provinciale "montée" à Paris pour travailler à La Tannerie, vaste centre culturel. Dans ce cadre, elle va faire l'expérience de l'amitié, de la solidarité, de la duplicité et du désenchantement. Roman social et roman d'apprentissage, La Tannerie brosse le portrait d'un milieu, de ses postures et de ses impostures aux prises avec le libéralisme économique. Dans la veine d'un Zola ou d'un Flaubert, une fresque naturaliste et mélancolique.


Saturne
18,00

Sarah Chiche frappe fort avec ce nouveau livre âpre, tendu et surtout très personnel. Hantée par le décès prématuré de son père, aux prises avec une famille obsédée par le matérialisme et le déni, elle fait face à ses démons dans ce grand livre de résilience.
Essentiel et fulgurant !